L’Equipe | 02.09.2017 | Par Hugo Delom

TOULOUSE – Est-ce la longueur du voyage – 1 000 km – ou l’épidémie de blessures qui touche actuellement la sélection ? La délégation luxembourgeoise a rendu plusieurs dizaines de places sur le quota attribué. Ils ne seront que quarante-cinq fans du Grand -duché à faire le déplacement au Stadium de Toulouse ce dimanche soir.

Quarante-cinq, donc, face à 33 000 Français, venus remplir entièrement l’habituelle enceinte du TFC. Malgré une date de veille de rentrée pas idéale, Toulouse, qui accueille l’équipe de France pour la septième fois de son histoire – veut vibrer ce soir. Il n’y avait qu’à voir la petite dizaine de supporters colorés bleu blanc rouge aux abords du Stadium hier pour le mesurer. Un an après la réussite de l’Euro – le dispositif de sécurité est en tout point comparable – l’engouement reste perceptible : « Si j’en crois le nombre de places que l’on m’a demandées, il y a une vraie passion autour de cette équipe, explique, dans un sourire, Laurence Arribagé, adjointe chargée des sports à la mairie de Toulouse. On reste sur la réussite de l’Euro, et forcément le 4-0 face aux Pays-Bas et l’émergence d’une nouvelle génération aident. ». « Un Stadium plein, c’est l’assurance d’une belle ambiance, poursuit Pascal Dupraz, l’entraineur du TFC. J’ai vécu de belles choses ici, et je peux vous dire que, quand ça pousse, c’est vraiment bien. Je ne doute pas que le public toulousain répondra présent. » Ce public toulousain, davantage friand de ballon ovale, peut-il toutefois rivaliser avec les ambiances dionysiennes ?

« Il y a de belles ambiances en région. Mais au Stade de France c’est encore plus net. »
Fabien Bonnel, capo des Irrésistibles Français

Ces derniers mois, le Stade de France, après des années de profonde somnolence, s’est révélé être une enceinte potentiellement brûlante. Sous l’effet notamment de la création d’un kop, les Irrésistibles Français, auteurs jeudi face aux Pays Bas d’un tifo géant remarquable. Au point de soulever une question. Y a-t-il désormais plus de passion à Saint-Denis qu’en région ? Si l’on replonge dans l’ambiance exceptionnelle de la demi-finale de l’Euro au Stade Vélodrome de Marseille face à l’Allemagne (2-0, le 7 juillet 2016), la réponse est clairement négative. Sur les matches amicaux ou de qualifications, la tendance est moins nette : « Pour avoir connu les deux époques, il y a quelques années, la province était bien supérieure au SDF en terme d’ambiance, explique Fabien Bonnel, le capo des Irrésistibles Français, présents à 100 ce soir au Stadium. C’est assez clair que maintenant, ça a basculé, il y a plus d’ambiance au SDF. Il y a de belles ambiances en région. Mais au Stade de France, c’est encore plus net. La difficulté, c’est qu’on est forcément en petit comité, et qu’il y a moins de grosses affiches en région. J’espère que le kop du TFC nous aidera ce soir. » A la fédération, on fait le même constat : « En région, on essaie de recréer un petit kop et de développer une ambiance active. Mais forcément, au Stade de France, c’est plus simple », expliquait-on hier. Un basculement progressif. Et durable ? Elément de réponse ce soir.