Football365.fr | 01.09.2017 | Par Rémy Farge

Les mois qui ont précédé l’Euro avaient laissé entrevoir une amélioration de l’ambiance au Stade de France. Un an après, l’élan ne faiblit pas, ôtant même à l’enceinte des Bleus sa sale étiquette de cathédrale sans âme.

Ce tifo va faire le tour de la planète. Parce qu’il est simple, efficace, et surtout très beau. Jeudi soir, pour la venue des Pays-Bas, les supporters français avaient décidé d’habiller le Stade de France d’un gigantesque tifo avec le mot « France » sur trois étages, sur fond bleu-blanc-rouge. Un ensemble très réussi, qui s’inscrit dans la lignée du travail réalisé depuis plus d’un an, et qui donne vie à l’enceinte dyonisienne. Pas un mince exploit. Depuis son inauguration en 1998, le Stade de France a souvent manqué de ce supplément d’âme qui font entrer certaines enceintes dans la légende. Même la finale de la Coupe du Monde 1998 a laissé un goût amer à certains, regrettant une assemblée de « costards cravates » pas là pour chanter.

 

Cette mauvaise réputation a longtemps collé à la peau du stade de Saint-Denis. Sous Raymond Domenech, il a même un moment été question de multiplier les déplacements en province, histoire d’avoir droit à un public plus énergique. Mais depuis quelques mois, quelque chose a changé au nord de Paris. Jeudi soir contre les Pays-Bas, le stade n’a eu de cesse de chanter avec force. « On a eu un soutien inconditionnel de la première à la dernière minute », a relevé Olivier Giroud après la rencontre. « Nos supporters s’organisent, ils sont aidés par la FFF pour leur permettre de s’organiser aussi. Le stade est très souvent plein, c’est moins spectateur que cela a pu l’être avant », avait confié Didier Deschamps en début de semaine.

LES IRRÉSISTIBLES FRANÇAIS ET LA FFF MAIN DANS LA MAIN

Le sélectionneur ne s’y trompe pas. Cette évolution positive, on la doit au couple de la FFF et des Irrésistibles Français. Le groupe de supporters de l’équipe de France travaille main dans la main avec la Fédération depuis l’élection de Noël Le Graët. Avec un même objectif : améliorer l’ambiance au Stade de France. Avant l’Euro, nous avions rencontré Hervé Mougin, co-fondateur du mouvement, qui avait levé le voile sur cet élan populaire : « Je suis entré dans le mouvement en 2006, avec la Coupe du Monde, et on s’est aperçu qu’il y avait un manque de structuration des supporters. Les associations qui existaient, elles géraient des cars pour aller au stade mais leur boulot n’allait pas plus loin. On les appelait supporters mais c’était les mêmes que les autres spectateurs. Ils n’apportaient rien dans l’ambiance. »

AUTORISÉS À RESTER DEBOUT DEPUIS 2012 SEULEMENT

Aujourd’hui, les choses ont changé et les Irrésistibles Français ne se contentent pas d’assurer le spectacle en chantant. En concertation avec la Fédération, ils ont levé une à une des barrières parfois symboliques, comme l’autorisation de rester debout, effective depuis 2012 seulement. Le tifo de jeudi soir en est une autre conséquence. « Tout ça n’est possible qu’à partir du moment où il y a une convergence d’intérêts. Quand la FFF pense à une animation, elle nous appelle. On a gagné cette crédibilité parce qu’on ne les a jamais plantés », explique Hervé Mougin. Restent des obstacles difficiles à surmonter. Comme lors de la finale de l’Euro, où l’UEFA avait placé la joyeuse troupe au troisième étage du Stade de France. Et après la défaite contre le Portugal, comme par hasard, tout le monde avait regretté une ambiance pas à la hauteur de l’événement…