Reporter le prochain Euro de football à l’été 2021, comme annoncé mardi par l’UEFA, était « la seule solution qui pouvait être prise » en raison de la crise sanitaire, ont réagi auprès de l’AFP des représentants des supporteurs.

« Seule solution » envisageable, « la décision (du report) a été prise rapidement, ce qui permet à tout le monde de prendre ses dispositions », a réagi Fabien Bonnel des « Irrésistibles Français », le principal groupe de supporteurs des Bleus.

« L’attente de l’immense majorité des supporteurs européens c’était de complètement mettre en suspens le foot et de reporter l’Euro-2020 », poursuit Ronan Evain, directeur général du réseau Football Supporters Europe (FSE) qui coordonne les différents groupes existants.

« On a sondé nos membres tout le week-end et c’est vraiment les deux éléments qui font l’unanimité, avec la nécessité de prendre des décisions le plus rapidement possible pour que les gens puissent prendre leurs dispositions », a-t-il ajouté.

Dans un communiqué, l’UEFA a tenu à « rassurer » les détenteurs de billets quant à la possibilité d’obtenir un remboursement « intégral » pour ceux qui ne pourront pas se déplacer en 2021.

Football Supporters Europe (FSE) a immédiatement salué une décision qui « va limiter l’impact financier pour les supporteurs ».

Malgré cela, les réservations déjà opérées pour les transports et l’hébergement causent des sueurs froides aux représentants des supporteurs.

« La situation financière va être critique pour pas mal de monde », reconnaît M. Bonnel.

Certains « sont très inquiets parce que, du fait du format de la compétition notamment, on parle de plusieurs milliers d’euros pour quelqu’un qui aurait prévu de suivre son équipe en intégralité », complète M. Evain.

« Sur une compétition habituelle, les gens ont tendance à acheter un aller-retour pour le pays hôte voire un aller simple, puis à voir après. Aujourd’hui c’est peut-être six, huit vols, avec des compagnies aériennes différentes. Ca va être compliqué de demander tous ces remboursements », dit-il.

Le problème est encore plus aigu pour l’hébergement car, le plus souvent, les supporteurs « s’adressent à des particuliers » et non à des hôtels, relève M. Bonnel.

Sur ce point, la FSE trouve « difficilement envisageable » que l’UEFA mette la main à la poche. Mais, souligne son représentant, la confédération européenne « a Booking.com comme sponsor de l’Euro, donc peut-être que certains efforts pourront être faits ».